crédit : Fred Benaglia
Les résultats de l’Opération philanthropie
20 avril 2021
Portrait de Fred Benaglia, parrain de l’ « Opération philanthropie »
26 avril 2021

Thomas Gaschignard

En janvier 2021, L’École de la philanthropie et le CLAVIM (association de la Ville d’Issy-les-Moulineaux qui gère notamment les temps péri- et extrascolaires) ont inauguré un partenariat autour de la mise en œuvre du programme pédagogique de L’École de la philanthropie.

Un premier test a été mené à l’accueil de loisirs « Bords de Seine » de la ville. Jonathan Jugganadum, directeur du centre, qui met en œuvre le programme au sein d’un groupe de 20 enfants, témoigne de l’impact de cette expérience sur les enfants.

Comment avez-vous mis en œuvre les premières séances ?

J’ai beaucoup utilisé les vidéos disponibles sur la plateforme de L’École de la philanthropie (« Être philanthrope, c’est top ! », « Qu’est-ce que la pauvreté ? »). Elles sont faciles d’utilisation et permettent d’aborder facilement le sujet de la philanthropie.

Je trouve que c’est un sujet qui est dans l’air du temps mais je pensais que l’adhésion allait être compliquée et en fait, c’était tout le contraire ! Nous avons proposé les séances le matin, avant l’activité sportive. Les enfants ont pris du plaisir à participer. Je pense que c’est parce qu’ils se rendaient compte que leur avis était pris en compte, entendu par nous (les animateurs) et par les autres.

Quelle action avez-vous mise en œuvre ?

Nous avons réfléchi dès la deuxième séance à ce que nous pouvions faire et avons dû nous recentrer vers des actions concrètes et réalisables. C’est finalement la collecte de jouets et livres au profit d’enfants hospitalisés qui a été choisie !

Quels ont été les facteurs de réussite ?

Le sujet nous parlait, au sein de l’équipe. Celle-ci étant convaincue par le projet, il était beaucoup plus simple de faire adhérer les enfants. Dès les premières séances, les enfants se projetaient en ayant très envie que le projet arrive à son terme. Par ailleurs, les parents étaient ravis car ils pouvaient observer les conséquences du programme sur leurs enfants : les enfants voulaient déposer des affiches sur leur opération de collecte dans leur immeuble pour communiquer. Ils avaient besoin d’actions concrètes dès le début du projet !

Comment voyez-vous la suite du programme ?

Je pense que l’idéal est de permettre aux enfants de transmettre ce qu’ils ont appris cette année à d’autres enfants. Ce serait intéressant d’organiser une passation entre deux groupes !

//]]>