Pourquoi devenir philanthrope ? Comment agir ?

L’être humain a toujours cherché, malgré les guerres et les catastrophes naturelles, à se protéger et à protéger ses semblables. C’est un caractère qui est commun à tous les hommes.

De plus, nous sommes tous égaux et partageons la même planète. Il est donc important de s’entraider.
La philanthropie permet d’agir, de s’engager pour défendre une cause. Elle permet aussi de donner et de recevoir sans rien attendre en échange ; de devenir un héros de tous les jours en aidant les autres selon ses propres moyens. C’est aussi une façon de stimuler sa créativité, de créer des relations avec les autres. La philanthropie, c’est découvrir le pouvoir d’aider que l’on a tous, et le mettre en action !

Alors, comment agir ? Les philanthropes utilisent le don comme mode d’action pour changer les choses.
Il y a 3 types de don.

Donner de son temps

En participant à la mise en place d’un projet, tu donnes de ton temps, tu le consacres à cette cause. En faisant cela, tu partages avec les autres tes connaissances et ce que tu sais faire. En échange, tu ne reçois pas de salaire. C’est le cas, par exemple, des clowns qui amusent les enfants hospitalisés, des volontaires qui nettoient les plages ou les forêts : ce sont tous des bénévoles.

Donner des choses

Organiser une collecte permet de recueillir des objets neufs ou encore en bon état qui ne servent plus, afin de les donner à ceux qui en ont besoin et qui n’ont pas les moyens de les acheter, comme des vêtements, des jouets, des produits d’hygiène ou de la nourriture.

Donner de l’argent

C’est la forme de don la plus connue. En France, les dons d’argent se sont élevés à 1,96 milliard d’euros en 2010. Cet argent est confié à des associations, à des ONG ou à des fondations qui l’utilisent pour agir concrètement : elles le versent à des chercheurs pour qu’ils achètent du matériel de laboratoire, elles constituent des stocks de nourriture pour la donner aux sans-abri…

Le choix du type de don dépend des besoins des personnes à qui tu viens en aide. Il faut d’abord parler avec elles ou avec les associations pour savoir comment les aider au mieux.